Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics Lydia MOONTA: novembre 2016

r

Nous sommes des Barcarèsiens, qui aimons et protégeons ce patrimoine inaliénable de notre commune

vendredi 25 novembre 2016

Etat des lieux époque par époque: Episode 3: L'époque Moliflor

ÉPISODE 3: L'époque Moliflor.
(1981/1988)
 
Il semblait intéressant de faire un état des lieux sur notre paquebot époque par époque depuis sa mise à terre en 1967.

En 1981, Le Lydia vivote depuis déjà trois ans, son casino est fermé et Kuniko est partie depuis 1978 suite à des pressions familiales. Le paquebot  ne sert plus que d'annexe à l'hôtel Lydia Playa tout proche. 
Le groupe japonais Seïbu jette définitivement l'éponge la même année et met en vente l'hôtel ainsi que le Lydia.
Une autre époque s'ouvre alors que les casinos roussillonnais sont dans le creux de la vague. La crise se fait sentir, seul Roland Vonné et sa femme Betty, tiennent encore le cap de la nuit grâce au succès non démenti de la discothèque.

 Source crédit photo:carte postale SCPA

Le 25 février 1981, après de longues tractations qui dureront un mois et demi, le groupe Moliflor, qui gère déjà les casinos de Canet et du Boulou, devient propriétaire de la société Lydia SA.

 Source crédit photo: Carte postale PAP

le Lydia reste dans un état inchangé si ce n'est que le casino, uniquement saisonnier, se concentre au rez de chaussée avec les jeux de boule et la roulette. Roland Vonné est reconduit dans ses fonctions de gérant de la discothèque, toujours nommée Lydia-club, mais qui reçoit une toute nouvelle décoration dans le style antique grec.
La cheminée devient toute blanche, juste surmontée d'un liseré rouge.
En 1983 le casino s’agrandit et la roulette, ainsi que le baccara sont installés sur le premier pont. Au même niveau et sur l'avant, à l'emplacement de l'ancien snack "le Crésus" prend place un piano bar.
La visite des ponts supérieurs est ouverte, un musée de maquettes de bateau est installé dans l'ancien restaurant Isadora. Une boutique et un bar prennent place à l'emplacement de l'ancienne infirmerie du bord dans la superstructure arrière.

Source crédit photo: Collection personnelle de l'auteur

Las, le complexe est largement déficitaire et l'on rogne sur l'entretien. le Lydia rouille et les ponts supérieurs, qui prennent l'eau par manque d'entretien sont délaissés. 

Source crédit photo: Collection personnelle Xavier Cuvelier-Roy

 En mai 1983, le Lydia va servir pour la dernière fois de décors au cinéma. A son bord sera tournée quelques scènes du film Poussière d'empire. Le prises de vue arrivent à peine à masquer les ponts déjà très dégradés.


 Source crédit photo: Capture d'écran "Poussière d'empire" - Lam Lê

L'image du mythe commence déjà de se ternir, mais un évènement imprévu va secouer le ciel du Barcarés.
Le mardi 26 juin 1983, tôt le matin juste après la fermeture du night-club, un grand "Bang" retentit. Le Lydia vient d'être plastiqué !
Les pompiers rapidement sur place maitrisent l'incendie. M. Florenza, le gérant du casino ainsi que Roland Vonné, ne peuvent que constater les dégâts:
La discothèque est entièrement détruite, ainsi que la salle du piano bar sur l'avant. On pense tout d'abord à un accident, mais rapidement l'enquête s'oriente vers la piste crapuleuse.
Un an après, la discothèque à peine reconstruite, des plastiqueurs sont arrêtes dans les jardins du Lydia par la SRPJ. Ils voulaient à nouveau faire sauter le bateau! L'opération avait été en fait commanditée par le propriétaire d'une boite de nuit de Port-Leucate, le Krypton, à qui le Lydia faisait de l'ombre.
Après reconstruction, le Lydia-club s'ouvre désormais sur deux niveaux (rez de chaussée et premier pont). Un grand cube de béton sert désormais d'entrée et défigure la ligne du bateau. Cette verrue restera tente ans !
On a beau s'enivrer à nouveau dans la fête, le mythe n'est plus. Le casino accumule les déficits alors que les bandits manchots sont encore interdits en France.



Désormais l'entretien est négligé et hors saison la coque se couvre de rouille. Les ponts ont depuis longtemps crachés leur étoupe et tous les hauts prennent l'eau. 

Source crédit photo: Collection personnelle Xavier Cuvelier-Roy

Les chaloupes débâchées (?!) se détériorent. Le bois pourrit, le métal s'oxyde.

 Source crédit photo: Collection personnelle Xavier Cuvelier-Roy

Seule sa silhouette, au loin, impressionne et étonne. Grandeur et décadence...

 Source crédit photo: Collection personnelle Xavier Cuvelier-Roy

 Sale temps pour le Lydia...
L’ère des mutilations va bientôt débuter. 

 
 Olivier Alba

Première époque :   ICI
Deuxième époque : ICI