Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics Lydia MOONTA: juin 2016

r

Nous sommes des Barcarèsiens, qui aimons et protégeons ce patrimoine inaliénable de notre commune

vendredi 24 juin 2016

Le classement des plus vieux paquebots au monde, le N° 2: Le Doulos

Avertissement : La rigueur (tant archéologique qu'universitaire) que nous entendons respecter sur notre site blog dédié au Lydia ex-Moonta nous impose de confirmer que le LYDIA n 'est pas le plus vieux paquebot du monde, contrairement à une légende commerciale largement répandue, tellement répandue que beaucoup aujourd'hui s'en sont laissés convaincre.

Ce n'est pas dénigrer notre patrimoine que de rectifier, mais un simple souci d'honnêteté intellectuelle.

Ce simple jeu de place n'enlève en rien la valeur patrimoniale de notre paquebot, mais pour être crédible, restons sérieux. Il est loin le temps où l'on pouvait affirmer tout et n'importe quoi. Aujourd'hui tout un chacun peut vérifier chaque information sur le net.

Donc pour rétablir la vérité, premier épisode d'une série qui nous conduira jusqu'au Moonta-Lydia (et peut-être même au delà...):


A la place N°2 :
Le deuxième plus vieux paquebot référencé est le paquebot DOULOS
lancé en 1914 et conservé aujourd'hui à quai sur l'île de Bintan en Indonésie


Le MV Doulos Phos est un navire à passagers de haute mer construit en 1914 aux chantiers Newport News Shipbuilding and Dry Dock Company qui, jusqu’en 2010, fut le plus ancien encore en activité. Il est également le deuxième paquebot le plus ancien au monde après le Great Britain.
Après avoir servi activement, d’abord de cargo, puis de navire de passagers et enfin de bibliothèque flottante pendant près de 96 ans, il doit devenir une partie d’un complexe hôtelier en Indonésie.
Au cours des années, il s’est successivement appelé SS Medina, SS Roma, MV Franca C, MV Doulos et enfin MV Doulos Phos.

Ses caractéristiques sont  ( 2009):
136.36 m de long pour 16.82 m de large et 6.822 tonnes
560 passagers et 110 membres d'équipage.

Le SS Medina (1913- 1947):


 Le SS Medina était un navire cargo à moteur vapeur commandé le 28 août 1913. Sa construction a eu lieu aux chantiers Newport News Shipbuilding and Dry Dock Company de Newport News et s’est terminée en 1914. Il fut mis en service la même année pour la compagnie américaine Mallory Steamship Company. C'était, à l'origine, un simple cargo mixte qui effectuait du cabotage sur la côte ouest des USA jusqu'aux Caraïbes, transportant des marchandises et quelques passagers. Au cours de la seconde guerre mondiale, il fut réquisitionné par l’US navy; conflit qu'il traversera sans encombre.

Crédit photo: Maurizio Eliseo collection.


Le SS Roma (1947-1951)



Après guerre, En 1947,  il est vendu une première fois à la compagnie Naviera San Miguel. Après de larges transformations qui verront sa silhouette changer, il est converti en navire à passagers avec des cabines pour 287 personnes et des dortoirs pour 694 personnes supplémentaires. Rebaptisé Roma, il est alors affecté en Méditerranée assurant du transport d'émigrants vers Israël. Il effectuera également quelques liaisons vers l'Australie. Après seulement quatre ans de navigation sous ses nouvelles couleurs, il est désarmé à la fin de l'année 51 et mis en vente par sa compagnie.


Une première photo en noir et blanc




Le Roma en couleur
Coque grise comme tous les paquebot grecs !

 Source, crédits photo: Photo par Alex Duncan, Maurizio Eliseo collection


Le MV Franca C (1952- 1977):

Le SS Roma est vendu en 1952 à la compagnie italienne Costa devenant le 3e navire de la compagnie après l'ANDREA C et l'ANNA C. Il change encore de nom puisque sa nouvelle compagnie le rebaptise FRANCA C. Radicalement transformé à Gênes, ses machines sont remplacées par des moteurs diesel Fiat. Son armateur le dote aussi de cabines spacieuses pour l'époque dont une majorité avec salles de bains privées. Sa capacité passe alors à 570 passagers en classe unique. Tout d'abord affecté à des voyages vers l'Amérique du sud comme tous les navires de la compagnie, il est ensuite basculé vers les croisières après la mise en service du FEDERICO C en 1957, puis du BIANCA C (ex LA MARSEILLAISE) EUGENIO C et ENRICO C. On le retrouve majoritairement durant cette période en Méditerranée, plus rarement aux Caraïbes. Il est finalement vendu en novembre 1977 à l'armement maltais Doulos Ltd.

La photo officielle du Franca C

 Vue aérienne du Franca C en navigation

 Les habituels jeux de pont


Le salon fumoir

La salle à manger

Le pont "Lido"

Une cabine

L'incontournable piscine sur le pont arrière

Les jeux du pont arrière: Le golf !

Une cabine

Crédit photo: SS maritimes Matters, Peter Knego collection


Le MV Doulos (1977- 2009):


En 1977, l’organisation allemande Gute Bücher für Alle (« De bons livres pour tous ») fit l’acquisition du Franca C et le renomma Doulos. Dans ce nouveau rôle de bibliothèque et librairie flottantes, avec un équipage de volontaires, il navigua pendant trente ans autour du monde, de port en port, proposant des escales d'au minimum 1 semaine à 2 mois pour faire la propagande de la lecture; l'équipage volontaire multilingue assurant la promotion et la bonne marche du navire. Le paquebot/bibliothèque fit sa dernière circumnavigation en 2009 avec un désarmement prévu pour l'année 2010 à cause des nouvelles réglementations SOLAS. Toutefois il apparut que d’importants et coûteux travaux étaient nécessaires pour que le navire puisse continuer son service jusqu’à son désarmement.
Le navire fut alors retiré du service dès la fin 2009.


Pas de doute on est à bord du Doulos !!!

L'accueil à quai

La bibliothèque du bord

Des enfants cambodgiens en pleine lecture

Crédit photo: SS maritimes Matters, Peter Knego collection


Le Doulos Phos (2010- ):


Le 18 mars 2010 le bateau a été remis à son nouveau propriétaire, Eric Saw, administrateur et directeur général de Biz Naz Resources International, qui souhaite le préserver. Le navire est renommé MV Doulos Phos. En septembre 2013, il est remorqué à Batam en Indonésie pour être rénové dans le but de faire partie d’un complexe hôtelier à 25 millions de dollars sur l’île de Bintan.

Le Doulos en transformation à Singapour

Crédit photo: SS maritimes Matters, Peter Knego collection

Quelques illustrations du projet en cours: 



Crédit photos: SS Maritimes Matters

Tout d'abord le navire est passé en cale sèche et a subi quelques modifications: Auparavant des travaux structurels approfondis ont été effectués sur le DOULOS PHOS en cale sèche avant qu'elle a été déplacé à Bintan.








La coque a l'âge de ses artères...


 Le projet progresse avec la conversion du Doulos en  hôtel sur l'île indonésienne de Bintan.  Le navire a été déplacé d'un chantier naval sur l'île voisine de Batam à son nouveau port d'attache permanent près du Terminal Ferry Telani Bandar Bentan sur l'ile de Bintan (Indonésie).

Le navire arrive vers son dernier mouillage

Les opérations vont débuter


Il est à terre


Le processus de mise à terre du Doulos Phos sur un grand promontoire de terres récupérées à côté du terminal de ferry est désormais terminé. On a utilisé pour ce faire des treuils géants qui ont tiré des câbles reliés au navire, qui lui ont permis de monter une  pente douce au-dessus des airbags géants. Les opérations ont duré deux semaines.

La vidéo de la mise à terre:


Le DOULOS PHOS est une société en  "joint-venture" entre BizNaz Resources, qui a été le propriétaire du navire, désarmé en 2010, et Bintan Resorts International, une société pour gérer le navire hôtel à terre et qui  possède et exploite plusieurs grandes propriétés de villégiature sur une partie de la côte à proximité à l'endroit où le DOULOS PHOS est maintenant "amarré".
 
L'île de  Bintan est situé dans le détroit de Malaca à une heure de Singapour  en ferry rapide.

Tout naturellement on vous tiendra au courant de la suite des opérations...

Bon, certains esprits chagrins pourront dire qu'au vu des multiples transformations, pour ne pas dire "reconstructions", le Doulos ne mérite guère sa place de deuxième paquebot le plus vieux du monde.... Certes, mais l’œil averti d'un spécialiste reconnaîtra sous ses airs de vieille dame alourdie par l'âge, la fine coque rivetée et son élégante poupe surplombante si caractéristique des navires du début du XXème siècle. 
Quel fabuleux destin que celui de ce navire presque inconnu,  contemporain du dramatiquement célèbre Titanic, de deux ans seulement son aîné !!!
Ce navire qui fête aujourd'hui ses 101 ans dont 96 de navigation.
Chapeau bas l'ancêtre ...
Olivier Alba 

Pour consulter l'épisode 1, c'est : ICI

vendredi 17 juin 2016

Le classement des plus vieux paquebots du monde, N°1: Le Great Britain



A la place N°1 :
Le plus vieux liner référencé est le paquebot GREAT BRITAIN 
lancé en 1843 et conservé aujourd'hui en cale sèche à Bristol (GB).

Un peu d'histoire...
 
Le SS Great Britain est un paquebot à vapeur britannique  de 3300 tonnes, construit par le grand ingénieur Isambard Kingdom Brunel, pour la compagnie Great Eastern Ship Company. ce fût le premier navire de haute mer doté d'une coque de fer et d'une propulsion à hélice. (source, crédit photo : Paroge)

Quand il fut lancé, en 1843, il était le plus grand navire à flot. Il transportait 120 passagers de 1re classe (dont 26 en cabines simples), 132 passagers de 2e classe et 130 officiers et membres de l'équipage. L'ajout d'un pont supplémentaire fit ensuite passer le nombre de passagers à 730.

Il mit 14 jours pour traverser l'Atlantique.



Le navire est parvenu jusqu'à nous après une longue période où il servit de ponton - dépôt de charbon - aux îles Malouines. Laborieusement renfloué et rapatrié en Grande-Bretagne sur une barge à la fin des années 1980, puis intégralement restauré. Il est actuellement l'une des attractions touristiques les plus prisées du port de Bristol. (source Wikipédia).





 
Quelques photos:

Source: Naval encyclopédia

Source site SS Great Britain

Source Site Nonesuch

Source site SS Great Britain


Et voici le paquebot Great Britain aujourd'hui:


 Source site SS Great Britain


Des abords parfaitement soignés et  des intérieurs minutieusement restaurés et/ou reconstruits


Source site Tripadvisor


 Source site Tripadvisor

De belles mises en scènes qui permettent de se replonger dans une époque 

Source site Tripadvisor


Olivier Alba





Plus sur ce paquebot: http://www.ssgreatbritain.org/

vendredi 10 juin 2016

Bilan de nos actions.

Au cours des quelques mois d’existence de notre association, L'AAML, les actions pour promouvoir et sauvegarder le "Paquebot des sables" ont été nombreuses et tous azimuts.

Elles s'organisent en différentes catégories:

- A ce jours, plus de soixante articles ont nourri ce blog, en en faisant, grâce à vous, une référence sur le Lydia et permettant de mieux plonger dans l'univers du paquebot des sables.

- L'AAML à eu droit à un article d'une demi-page sur le journal l'Indépendant nous permettant de nouer de nombreux contacts:



- L'association a acquis de nombreux objets permettant de reconstituer l'histoire trop souvent dispersée du Lydia ex-Moonta, objets affairant tant à la période de navigation du navire, mais aussi à celle touchant l'histoire très riche du paquebot depuis qu'il est définitivement ancré dans les sables de Port-Barcarès. Citons entre autres: des couverts aux armes du Moonta, des objets publicitaires Moonta ou encore des affiches du casino du Lydia datant des années 70'. D'autres pistes sont ouvertes et ne tarderont pas, à coup sûr, de livrer d'autres trésors.

Lots de couvert Siglés "Moonta"


Affiches casino grand format (propriété AAML)

- L'association a été sollicitée à travers son président par la municipalité du Barcarès, propriétaire du paquebot, pour fournir à celle-ci une assistance historique et technique. Dans ce cadre un certains nombre d'objets nécessaires à la réalisation de la restauration de la timonerie du navire ont été repérés et validés par l'association, idem pour le pont des embarcations. Des photos de détail ont été fourni à la municipalité pour l'aider dans une restauration respectueuse de l'univers particulier propre au paquebot. Citons en vrac un compas sur fût, des portes pour remplacer celles disparues, des instruments de navigations divers (horloge à secteur radio, inclinomètre, téléphone de passerelle). De plus l'association à permis à la municipalité de trouver un artisan charpentier de marine à même de rénover les ponts du Lydia et de résoudre les problèmes d’étanchéité par calfatage. Nous vous tiendrons naturellement au courant de la suite de ce chantier.
Elle a aussi ardemment milité pour le retour aux couleurs d'origine du Lydia, dont on peut aujourd'hui voir le résultat. 




- L'association a été aussi contactée par un journaliste japonais qui souhaitait nous rencontrer dans le cadre d'une série d'articles sur Kuniko Tsutsumi qui, rappelons-le, a géré le luxueux casino dans les années 70'. L'entrevue à été cordiale et le journaliste s'est déclaré extrêmement satisfait de celle-ci.



- Suite à l'article paru sur le Journal L'Indépendant, un réalisateur nous a contacté pour un projet de film sur le Lydia/Moonta. Deux réunions ont eu lieu pour définir le matériel cinématographique existant et pour ouvrir des pistes supplémentaires qui restent à explorer. 
 Le site du réalisateur Olivier Moulaï:  http://www.36vues.com/

Comme vous pouvez le constater, l'AAML n'est pas resté les bras croisés et tout est mis en œuvre pour sauver et pérenniser notre paquebot.
 
C'est pour cela que nous avons besoin de vous!

Votre adhésion ICI nous permettant, entre autre, d'acheter les objets Lydia/Moonta, régulièrement mis à jour par nos limiers. Objets qui resteront ensuite propriété de l'association qui, rappelons-le, est indépendante et affiliée à aucun organisme politique ou d'autre nature que ce soit.

Les Administrateurs