Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics Lydia MOONTA: mars 2016

r

Nous sommes des Barcarèsiens, qui aimons et protégeons ce patrimoine inaliénable de notre commune

vendredi 25 mars 2016

Le Moonta-Lydia était équipé de ballasts.




Pour un navire, le centre de gravité est le point où on applique la force vertical agissant vers le bas générée par la masse du navire. La position du centre de gravité changera en fonction des conditions de chargement du navire. Pour qu’un navire flotte sans angle de gîte, il faut que le point G soit dans le même axe vertical que K. Dès que le G quitte cet axe vertical, un angle de gîte se produira et le navire ne flottera plus en position droite.Le centre de gravité peut donc être déplacé en hauteur et en largeur en transférant, en ajoutant ou en enlevant des masses mobiles, de l'eau de mer par exemple... (source Wikipédia)


Mais comment cela fonctionne-t-il ? 

L'idée est venue il y a bien longtemps déjà et même avant Fulton :En 1578, le mathématicien anglais William Bourne donne la description d'un bateau sous-marin mettant en évidence la technique du ballast qui deviendra essentielle pour les réalisations futures. Ce projet restera à l'état d'esquisse. Sur la coupe du bâtiment, on distingue deux systèmes à vis et à leviers sur la double paroi amovible qui préfigure le principe des ballasts. 

Placés au dessus des cales-hachurées, voici des ballasts équipant un navire antérieur au Moonta-Lydia, mais le principe est le même:


La gestion longitudinale ou horizontale se fait à partir de vannes , toujours visibles dans la passerelle (en cours de restauration) du LYDIA. Les ballasts arrières ont disparu depuis longtemps mais les avant subsistent toujours sous l'ancienne boite de nuit et noyés. Imaginons ce que pourrait faire découvrir l'asséchement des fonds du navire sur sa technicité et sa conception !

Imaginons que NORMANDIE aurait pu être sauvé si l'équipage n'avait pas été mis en résidence-surveillée, lors de l'incendie à New-York : le destin du FRANCE aurait probablement été tout-à-fait différent, voire-même inexistant ! Gageons-même que les américains l'auraient préféré au QUEEN MARY ancré à Los-Angeles, on peut toujours rêver...




Actuellement, avec l'essor des super-tankers et portes-containers, le déchargement est devenu très délicat et l'usage des ballasts est obligatoire :


Bien évidemment, c'est dans la conception des sous-marins, quel qu’en soit le type, où l'usage des ballasts est le plus sophistiqué, vital même pour le maintien de l'assiette.



Bon, revenons au Lydia. Celui-ci était équipé nous l'avons dit de quatre ballasts qui lui permettaient de faire l'assiette du navire. Quand on charge des marchandises dans les cales, on essaye autant que possible de repartir la masse pour que le navire soit, comme on dit, "dans ses lignes". Ce réglage se fait pour mettre le navire d'aplomb entre tribord et bâbord (pour éviter la gîte) mais aussi entre l'avant et l'arrière pour éviter que le le navire ne "pique du nez" ou soit trop "sur le cul". Le ballastage permet aussi de compenser l'absence de cargaison ou encore  des soutes à mazout  qui se vident au fur et à mesure du voyage (une hélice qui dépasse de l'eau ça ne le fait pas). Un témoignage d'une passagère recueilli récemment nous fait part d'un voyage du Lydia en 1964 ou le navire "penchait vraiment d'un côté". Étrange tout de même que l'on fasse naviguer un navire gité ne serait ce que pour une question de sécurité. Peut être le navire avait il des problème de ballast à ce moment là...En tout cas, cela illustre l'entretien d'un navire dans le marine grecque... Pour ceux enfin qui se posait la question de savoir comment on avait fait pour le maintenir droit sur la plage et bien vous avez une amorce de réponse...
Xavier Cuvelier-Roy/ Olivier Alba

vendredi 18 mars 2016

Adhérez à l'Association des Amis du Lydia-Moonta !





En 2015, une nouvelle association est née au Barcarès, L'ASSOCIATION DES AMIS DU MOONTA-LYDIA, créée et animée par trois "fans" du Paquebot des sables. Elle a pour légitime ambition d’œuvrer pour la sauvegarde de son patrimoine matériel, historique et culturel, dans l'environnement qui est aujourd'hui le sien, ensablé à vie au Barcarès (Pyrénées-Orientales, France).

L'A.A.M.L. est  indépendante, n'est asservie à aucune structure que ce soit une association autre que l'A.A.M.L., un parti politique, une organisation civile, territoriale, etc. Elle est ainsi garante de pouvoir apporter son expertise, au cas par cas, dans toute action pour la sauvegarde du patrimoine matériel, historique et culturel du paquebot LYDIA dans l'environnement qui est aujourd'hui le sien, ensablé à vie au Barcarès (Pyrénées-Orientales, France).

Nous serions heureux et honorés de vous compter parmi-nous !

ADHÉREZ !
En retournant ce bulletin au siège administratirf (ou recopiez-le sur papier libre), en y joignant le montant de votre cotisation 2016, fixée à 15 €.


BULLETIN D'ADHÉSION
Année 2016

NOM..................................... Prénom.................................

Adresse........................................................................
...............................................................................
...............................................................................

Facultatif :
téléphone.....................................
mail............................................

Cotisations :
  • Membre actif : 15 €
  • Membre Bienfaiteur : supérieur, à votre appréciation.
Chèque à l'ordre de l' A.A.M.L.

A..............................., le........................
Signature :


Dans l'espoir de cette heureuse perspective, et en vous renouvelant nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année,

Amicalement vôtre,

Les Administrateurs






vendredi 4 mars 2016

Affiches, étiquettes, etc du Moonta & Lydia



source crédit photo : © photothèque Lydia-Moonta, collection Naya-Dubois


source crédit photo : © photothèque Lydia-Moonta, collection Jacques Hiron








source crédit photo : © photothèque Lydia-Moonta, collection Jacques Hiron


source crédit photo : © photothèque Lydia-Moonta, collection Olivier Alba


source crédit photo : © photothèque Lydia-Moonta, collection Xavier Cuvelier-Roy

Xavier Cuvelier-Roy