Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics Lydia MOONTA: août 2015

r

Nous sommes des Barcarèsiens, qui aimons et protégeons ce patrimoine inaliénable de notre commune

lundi 31 août 2015

Philatélie : Le timbre 2015 émis par l'A.A.M.L.







Avec l'émission de ce timbre pour l'année 2015, le premier d'une série que nous espérons longue, les 25 premiers adhérents rec(çoivent)evront leurs cartes de membres affranchies et oblitérées d'un exemplaire de ce futur collector.








Nous vous rappelons que les adhésions sont ouvertes au tarif réduit de 5 € pour 2015, les bulletins sont à adresser au siège administratif : 
A.A.M.L.
2 Impasse A. Schweitzer
66420 LE BARCARÈS (France)


 Les Administrateurs

mercredi 26 août 2015

© PHOTOTHÈQUE Lydia MOONTA, Numéro spécial, hommage à André Parès





Poursuivons dans la quête des photos originales et trop souvent pillées sur le net, sans aucune référence ou faussement attribuées. 

C'est bien tristement le cas de ce photographe professionnel :

Un mini-album, signé par le regretté André PARES (© Collection JM.Parès) inestimable travail d'archéologie marine, qui rendra bien des services pour une véritable réhabilitation du paquebot des sables !



Arrivée au Barcarès :


Source crédit photo : © Collection JM.Parès et © Photothèque Lydia Moonta

 
Source crédit photo : © Collection JM.Parès et © Photothèque Lydia Moonta

 
Source crédit photo : © Collection JM.Parès et © Photothèque Lydia Moonta

 
Source crédit photo : © Collection JM.Parès et © Photothèque Lydia Moonta

 
Source crédit photo : © Collection JM.Parès et © Photothèque Lydia Moonta


Source crédit photo : © Collection JM.Parès et © Photothèque Lydia Moonta


Source crédit photo : © Collection JM.Parès et © Photothèque Lydia Moonta
 

Source crédit photo : © Collection JM.Parès et © Photothèque Lydia Moonta


Source crédit photo : © Collection JM.Parès et © Photothèque Lydia Moonta


Source crédit photo : © Collection JM.Parès et © Photothèque Lydia Moonta


Source crédit photo : © Collection JM.Parès et © Photothèque Lydia Moonta


Source crédit photo : © Collection JM.Parès et © Photothèque Lydia Moonta


Source crédit photo : © Collection JM.Parès et © Photothèque Lydia Moonta

Visionnez les mises-à-jour précédentes de la photothèque  : 


Xavier Cuvelier-Roy


dimanche 16 août 2015

© PHOTOTHÈQUE Lydia MOONTA, mise-à-jour 3






à notre connaissance, jamais publiée cette magnifique gouache, extraite de l'ouvrage de T.K. Fitchett, The Vanisched Fleet !


Gulf Trip :

Une belle trouvaille, une "réclame" du journal The Advertiser daté du 8 avril 1933 : Le Gulf Trip  est une rotation hebdomadaire assurée par le Moonta dans le Golfe de Spencer (sud l'Australie), partant de Port-Adélaïde, et desservant Port Pirie, Port Augusta et au retour Port Hugues, Port Augusta enfin  Port Adelaïde. C'était la croisière favorite pour le voyage de noces de la classe moyenne australienne (Le Gulf Trip sera le thème d'un prochain article). 


C'était la croisière favorite pour le voyage de noces de la classe moyenne australienne (Le Gulf Trip sera le thème d'un prochain article) :


 Collection personnelle d'un des administrateurs.
 Source crédit-photo : © photothèque Lydia Moonta




Savourez les photos originales !

 A quai à son port d'attache, Adelaïde :


Probablement le dernier cliché pris sous pavillon australien, le Moonta sera vendu le 8 décembre 1955 à l'Hellenic Mediterraneen Lines, sous le nom de Lydia :


source crédit photo  South Australian Harbors Board, c. 1955, Photograph, B 68529


Escale à Port-Germein, 1938 : 



Arrivée à l'estacade de Port-Germein :

Source inconnue, recensée par J. Hiron


Escale à Port Lincoln :


source crédit photo : c. 1935, Photograph, B 27303



source crédit photo : forum.woodenboat.2/2/1936


  Escale à Port-Augusta :


Source, crédit photo : Kay Herzog



Divers :



source crédit photo : c. 1935, Photograph, B 27303

 qu'il ne faut pas confondre avec celle-ci :

 source crédit photo : Phillips, Keith P., c. 1935, Photograph, B 7273


  source crédit photo : 1955, Photograph, B 73975

 
Visionnez les mises-à-jour précédentes



Xavier Cuvelier-Roy

vendredi 14 août 2015

FAIRE- PART DE NAISSANCE :







Nous y voici ! Prolongement normal du blog Lydia Moonta, et/ou vice-versa, nous avons le grand plaisir de vous faire part de la naissance de l'ASSOCIATION DES AMIS DU MOONTA LYDIA, ( loi de 1901, régulièrement inscrite à la préfecture de Perpignan). L'A.A.M.L. tient son siège administratif au 2 impasse Albert Schweitzer, 66420 LE BARCARES (France).

- Article 2 : Objet
Cette association a pour but de contribuer à la préservation, la sauvegarde du patrimoine matériel, historique et culturel du paquebot LYDIA ex-MOONTA, ensablé à vie au Barcarès (Pyrénées-Orientales, France). 


- La cotisation annuelle est fixée à 15 € (5 € pour l'année 2015).

- adresse mail : lydia-moonta@outlook.com

- Blog : http://lydia-moonta.blogspot.fr/

Les Administrateurs

jeudi 13 août 2015

Panorama des sites et blogs s'intéressant au Lydia ex-Moonta



Nous ne prétendons pas présenter ici une liste exhaustive des sites et blogs qui s'intéressent tant au LYDIA qu'au MOONTA. Cet annuaire est livré sans commentaires ni critiques de notre part, les pages facebook n'ont pas été retenues, souvent incontrôlées et surtout incontrôlables.



























lundi 10 août 2015

Rendez-moi mon nom !


Ce n'est pas parce que l'on était à la fin des années 60 que l'on manquait de notion en terme de marketing.

Il faut reconnaître que ça claque comme une bannière dans le vent et que c'est très évocateur comme nom :


Sans même l'avoir vu, on imagine une belle étrave blanche fendant une dune à peine ridée par la Marinade ou la Tramontane. Et puis le sable ça fait penser à l'exotisme, le bord de mer, les voyages. Les voyages comme ce paquebot, gigantesque oiseau de mer au nom féminin, évoquant l’Ailleurs....

Mais bon, finie l'explication de texte.

Au départ il faut bien reconnaître que ça évoquait surtout une réalité: Un petit paquebot australo-grec noyé dans une mer de sable:
Il n'y a rien tout autour !



Source, crédit photo :L’eau qui chante (1967)

Le LYDIA était seul, isolé à plusieurs kilomètres de la moindre habitation.

On l'avait d'ailleurs échoué là pour ça: Qu'il y ait quelque chose, attirer les touristes et les locaux, faire rêver, montrer la volonté de l’État de bâtir une station balnéaire en ce lieu désertique,et, plus prosaïquement, vendre des appartements dans les programmes immobiliers qui n'allaient pas tarder à sortir de terre.

La résidence "la Sardane", les "Barbecues" et pares !

 Photo  de source inconnue

Mais bon, rapidement le marketing s'est emparé d'une réalité.

Partout, sur tous les journaux, sur les flammes de la Poste, sur la moindre carte postale, notre splendide ambassadeur voyageait avec son pseudonyme évocateur.

Il vendait du rêve, il vendait notre ville dans l'hexagone et au -delà des frontières:
Source crédit-photo : © photothèque Lydia Moonta


Pendant d'ailleurs prés de 20 ans ce joli pseudonyme fut une réalité.

Tout autour de lui, de beaux aménagements le mettaient en valeur: Une grande estacade en bois passait le long de sa proue, ses deux chaînes d'ancre plantées dans le sable et figurant une éternelle escale, un mouillage immuable.

Autour de lui, juste une petite promenade épargnant tout son avant pour que la plage vienne lécher  son flanc:

le Lydia et son casino entre 1973 et 1978
 Source: Carte postale publicitaire casino le Lydia


Le cinéma ne s'y était pas trompé, choisissant pour l'un de ces plans l'étrave fendant le sable, image saisissante s'il en est:

Le film 'l'Alpagueur"

Las , à la fin des année 1980, cet aménagement si simple, mais en même temps si évocateur, fut purement et simplement saccagé : côté terre l'avant du navire fut noyé sous l'asphalte, permettant du même coup aux véhicules de stationner à-même la coque; côté mer une grande "esplanade" en pavés auto-bloquants enserra feu le paquebot des sables.

 photo de source inconnue
Vu d'en-haut c'est encore plus désolant :

Source Google earth

Aujourd'hui toutes les constructions annexes qui l'avaient fait disparaître ont été démolies. C'est une bonne chose et il n'était que temps.

Il reste à le débarrasser du béton pour que son étrave retrouve le sable....


Olivier Alba